« 6 »

Titulo

Lucy

Bonjour, je m’appelle Kike Larrea.

Comment peut-on définir mon parcours de musicien et d’artiste?

Je pense pouvoir le faire en trois mots : métissage, liberté et péruanité.

 Métissage, parce que je me suis toujours senti un artiste multiple, aux horizons variés, qui tente de se définir dans la multiculturalité sans renoncer à ses origines ni à son essence. Tous les projets qui ont forgé mon chemin (Simbiosis, Los Mojarras, Arba, Chinchiví, Kamanchaka) ont été marqués par le désir immuable d’ouvrir de nouvelles portes et de rendre possible la rencontre, à la recherche de nouvelles routes.

Liberté, parce que l’art ne m’a jamais intéressé que pour l’art lui-même. Ma musique n’a pas de genre, de marché, de « public objectif », ni de stratégie de commercialisation. De l’indépendance, dans tous les sens. Dans la création et dans la production. Si certains trouvent ma posture fondatrice, rénovatrice, c’est à cause de ce désir inébranlable de laisser couler la musique sans artifice, sans idées préconçues, pour qu’elle soit un reflet de la vie, avec ses merveilleuses imperfections.

Péruanité, parce que mon pays, c’est le sang qui coule dans mes veines. Ce sont ses paysages, ses sons, ses couleurs, ses saveurs, ses bonheurs et ses douleurs qui me définissent. Et encore bien plus depuis que j’en vis éloigné, même si je me nourris de la nostalgie de cette distance. Mais ma péruanité est surtout une quête. Mon espace n’est pas le folklore ni les musées. Je l’ai cherché dans les collines de l’Agustino, dans les rythmes endiablés des Noirs et des Créoles, dans le grondement de la mer de mon enfance, dans le chant des montagnes ancestrales.

Cette recherche est la recherche d’une vie. Le projet “Kamanchaka” fut un essai. Ce fut une tentative pour voir s’il fallait  que je continue le chemin seul. Pour voir si j’avais quelque chose à dire en tant que compositeur, plus qu’en tant que producteur ou instrumentiste. Et la réponse fut positive.

Avec mon nouvel album “6” je veux amener à maturité mon projet personnel. Il s’agit maintenant de préciser définitivement mon univers. Et pour cela, une réalisation professionnelle est indispensable.

 

Facebookby feather